Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

Lutte contre les discriminations

Ses propos sur les harkis sont "racistes", estime le procureur

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

C'est sans Georges Frêche que s'est tenu, jeudi 30 novembre, au tribunal correctionnel de Montpellier, le procès qui visait ses propos tenus le 11 février à l'encontre de deux fils de harkis. Lors d'une cérémonie à la mémoire de Jacques Roseau, le leader pied-noir assassiné en 1993, le président PS de la région Languedoc-Roussillon avait traité ces deux personnes de "sous-hommes".

 

 

Ses propos sur les harkis sont "racistes", estime le procureur

LE MONDE | 01.12.06 | 15h07  •  Mis à jour le 01.12.06 | 15h07

MONTPELLIER CORRESPONDANT

15 000 euros d'amende requis contre Georges Frêche pour ses propos contre les harkis

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

Le tribunal correctionnel de Montpellier, qui jugeait, jeudi 30 novembre, le président socialiste de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, pour avoir qualifié les harkis de "sous-hommes", a mis l'affaire en délibéré au 25 janvier 2007, après que le procureur eut requis une amende de 15 000 euros. Le procureur, Olivier Decout, a qualifié peu avant minuit, les propos de M. Frêche d'"injures scandaleuses qui doivent être sanctionnées" mais s'est borné à demander une amende et la publication de la condamnation dans la presse.

15 000 euros d'amende requis contre Georges Frêche pour ses propos contre les harkis

LEMONDE.FR avec AFP | 01.12.06 | 07h01  •  Mis à jour le 01.12.06 | 10h19

 

Amende de 15.000 euros requise contre Georges Frêche, jugé pour injures

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

 Le tribunal correctionnel de Montpellier qui jugeait jeudi le président socialiste de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche pour avoir traité les harkis de "sous-hommes", a mis l'affaire en délibéré au 25 janvier 2007, après que le procureur eut requis une amende de 15.000 euros.

Amende de 15.000 euros requise contre Georges Frêche, jugé pour injures

2006-12-01 10:05:13
MONTPELLIER (AFP)

 Le tribunal correctionnel de Montpellier qui jugeait jeudi le président socialiste de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche pour avoir traité les harkis de "sous-hommes", a mis l'affaire en délibéré au 25 janvier 2007, après que le procureur eut requis une amende de 15.000 euros.

Amende de 15.000 euros requise contre Georges Frêche, jugé pour injures

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

Le tribunal correctionnel de Montpellier qui jugeait jeudi le président socialiste de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche pour avoir traité les harkis de "sous-hommes", a mis l'affaire en délibéré au 25 janvier 2007, après que le procureur eut requis une amende de 15.000 euros.

http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/01/20061201-politique-Amende-de-15-000-euros-requise-contre-Georges-Freche-juge-pour-injures.php

 

«Sous-hommes»: violente charge contre Georges Frêche

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

Il n’est donc pas venu. C’était prévisible tant les parties civiles - plus de vingt finalement- ont mis peu d’empressement à réclamer que Georges Frêche vienne s’expliquer devant le tribunal de Montpellier où il était jugé hier pour ses propos sur les « sous-hommes».

«Sous-hommes»: violente charge contre Georges Frêche

 

Il n’est donc pas venu. C’était prévisible tant les parties civiles - plus de vingt finalement- ont mis peu d’empressement à réclamer que Georges Frêche vienne s’expliquer devant le tribunal de Montpellier où il était jugé hier pour ses propos sur les « sous-hommes».

Les mots de Frêche devant le tribunal

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

15 000 euros d'amende ont été requis contre le président du Languedoc-Roussillon, jugé pour injure raciale envers les harkis.

Les mots de Frêche devant le tribunal

15 000 euros d'amende ont été requis contre le président du Languedoc-Roussillon, jugé pour injure raciale envers les harkis.

Par Pierre DAUM

QUOTIDIEN : vendredi 1 décembre 2006

Montpellier de notre correspondant

INJURE: 15.000 euros d'amende requis contre Frêche

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

Le président du Languedoc-Roussillon est jugé pour avoir traité les harkis de "sous-hommes". Verdict le 25 janvier.

INJURE

15.000 euros d'amende requis contre Frêche

Le président du Languedoc-Roussillon est jugé pour avoir traité les harkis de "sous-hommes". Verdict le 25 janvier.

   

 

Quand M. Frêche entonne un chant colonial

Jeudi, 1 Décembre, 2005
Logo
Logo

Le conseil régional de Languedoc-Roussillon était en pleine discussion sur son budget, mercredi 30 novembre, lorsque Georges Frêche a prisla parole. Le président socialiste de la région a l'habitude de faire connaître ses avis, iconoclastes ou brutaux, sur à peu près tous les sujets.

Quand M. Frêche entonne un chant colonial

LE MONDE | 01.12.05 | 15h40  •  Mis à jour le 01.12.05 | 15h40

Montpellier, correspondance

 

SOS Racisme déclare la guerre au maire

Samedi, 24 Septembre, 2005
Logo
Logo
Samuel Thomas: « Je viens de communiquer la Lettre du maire au préfet. Une réflexion judiciaire est en cours afin de saisir la justice pour délit d'incitation à la haine raciale, diffamation à caractère raciste et incitation au trouble à l'ordre public. Nous lancerons dimanche, sur le marché, un appel à la fraternité contre le racisme, sous forme de tracts. »

LA DERNIÈRE « Lettre du maire », au sujet des gens du voyage, distribuée dans les boîtes aux lettres depuis mercredi soir, risque de faire des vagues. SOS Racisme a juré de faire stopper la diffusion de ce document, qui doit se poursuivre dimanche sur la brocante, et annonce qu'il distribuera de son côté des tracts appelant à « la conscience citoyenne ». Tout commence le 16 septembre avec l'arrivée de 140 caravanes dans le bois de Célie, un espace protégé. Le maire UMP, Alain Kélyor, ne tarde pas à réagir. Il sort une « Lettre du maire » titrée : « La honte ! Nous ne pouvons pas être la poubelle de la Seine-et-Marne. »

  

SOS Racisme déclare la guerre au maire

 

 

 

Affaire Frêche: «Ce procès pourrait en partie réparer les années d’humiliation»

Vendredi, 1 Décembre, 2006
Logo
Logo

Le seul fait que ce procès ait eu lieu, accompagné d’une forte médiatisation, constitue en soi une véritable avancée dans la reconnaissance de l’histoire douloureuse des Harkis. Des paroles très belles ont été prononcées hier, qui pourraient en partie réparer les années d’humiliation que nous avons subies en France.

Fatima Besnaci-Lancou, présidente de l’association Harkis et Droits de l’homme.

Affaire Frêche: «Ce procès pourrait en partie réparer les années d’humiliation»

Par Pierre DAUM

LIBERATION.FR : vendredi 1 décembre 2006

Montpellier, de notre correspondant

 

Fatima Besnaci-Lancou est présidente de l’association «Harkis et Droits de l’homme». Egalement auteur du livre Fille de harki (2005), elle se réjouie de la médiatisation de cette affaire.

Syndiquer le contenu