Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

Fichage ethnique/Logirep condamné: "Un puissant organisme HLM ne fait pas le poids face à un humble salarié de la RATP"

Vendredi, 18 Mars, 2016
Logo

Logirep, l'un des plus gros bailleurs sociaux d'Ile-de-France, a été condamné en appel vendredi pour "fichage ethnique" de ses locataires et pour discrimination raciale à l'encontre d'un candidat. Celui-ci s'était vu refuser un appartement au motif qu'il était noir et recevra 5.000 euros de dommages et intérêts. 

Logirep condamnée pour «fichage ethnique» et «discrimination raciale»

Vendredi, 18 Mars, 2016
Logo

La société d'habitations à loyer modéré a été condamnée par les magistrats de la cour d’appel de Versailles.

Certes, c'est une victoire tardive pour La Maison des Potes, mais une victoire quand même

Le bailleur HLM Logirep condamné en appel pour discrimination raciale et fichage ethnique

Vendredi, 18 Mars, 2016
Logo

Le bailleur HLM francilien Logirep a été condamné vendredi en appel à Versailles pour "fichage ethnique" et discrimination raciale. Au cours de l'enquête, un fichier informatique dans lequel étaient notamment mentionnées les origines des locataires, comme "Gy" pour Guyane, a été retrouvé

Cette décision de la cour d'appel de Versailles vient alourdir un jugement de première instance du tribunal de grande instance de Nanterre du 2 mai 2014.

Le bailleur social Logirep condamné à 25.000 euros d'amendes pour fichage ethnique et discrimination

Lundi, 21 Mars, 2016
Logo

La Cour d'appel de Versailles a condamné en appel ce 18 mars, le bailleur social Logirep à 25.000 euros d'amende pour fichage ethnique et discrimination raciale. 

La Cour d'appel de Versailles a condamné en appel ce 18 mars, le bailleur social Logirep à 25.000 euros d'amende pour fichage ethnique et discrimination raciale. 

Le bailleur social Logirep condamné en appel pour « discrimination raciale »

Lundi, 21 Mars, 2016
Logo
Après dix ans de procédure, SOS Racisme et la Fédération nationale des Maisons des potes (FNMP) crient victoire : la cour d’appel de Versailles a condamné vendredi 18 mars le bailleur socialfrancilien Logirep pour discrimination raciale. Le bailleur, à la tête d’un patrimoine de 37 000 logements, est condamné à payer une amende de 25 000 euros et 12 000 euros de dommages et intérêts aux trois parties civiles. Les magistrats prennent sur ce point le contre-pied des juges de première instance du tribunal correctionnel de Nanterre : ils avaient condamné en 2014 Logirep pour fichage ethnique, mais l’avaient partiellement relaxé des faits de discrimination raciale.
Après dix ans de procédure, SOS Racisme et la Fédération nationale des Maisons des potes (FNMP) crient victoire : la cour d’appel de Versailles a condamné vendredi 18 mars le bailleur socialfrancilien Logirep pour discrimination raciale.

Accusé de «fichage ethnique», un bailleur social bientôt fixé sur son sort

Posté dans
Samedi, 5 Mars, 2016
Logo

C'est une bataille juridique qui aura duré plus de 10 ans. La Cour d'appel de Versailles devra bientôt rendre sa décision sur

Immobilier : à Palaiseau, la plainte antidiscrimination aboutit 10 ans après

Mardi, 2 Février, 2016
Logo

Après près de 10 ans de non-lieu et d’appels successifs, la plainte déposée le 21 février 2006 par l’association SOS Racisme pour discrimination contre le directeur d’une agence immobilière de Palaiseau devrait enfin aboutir à un procès. Dans une notification d’arrêt de la cour d’appel de Paris en date du 1er février que nous nous sommes procurée, le parquet ordonne « un supplément d’information aux fins de mise en examen » du gérant et de l’un de ses collaborateurs. « Il faut être tenace », réagit Samuel Thomas, vice-président de la Maison des potes - Maison de l’égalité, qui a pris la suite de SOS racisme dans ce dossier.

Cette affaire avait été révélée au grand jour à la suite de l’enregistrement d’une caméra cachée par une employée de l’agence choquée par les méthodes de son patron (voir ci-dessous). « C’est rare d’avoir des gens de l’immobilier qui se manifestent.

Chez l'agence Alvimmo : «pas de noirs, pas d’arabes, pas de japs» !

Lundi, 1 Février, 2016
Logo

Le 12 février 2006, une opération de testing menée par Samuel THOMAS (A l'époque Vice Président de SOS Racisme) avait permis de révéler l’existence de discriminations au logement pratiquées par une agence immobilière de Palaiseau. Patricia salariée en CDD de l’agence immobilière avait accepté d'être équipée d'une caméra cachée les discriminations commises par cette agence à l’encontre de candidats à la location d’origine maghrébine, africaine, antillaise et asiatique. La caméra cachée avait été diffusée dans l'émission Pièces à conviction d'Elise Lucet sur France 3. La Maison des Potes a pris le relais des poursuites engagées par SOS Racisme et le 1er février 2016 les juges ont enfin admis la preuve apporté par l'enregistrement vidéo du testing du 12 février 2006. Un procès devrait avoir lieu d'ici à la fin de l'année 2016.

Le 12 février 2006, une opération de testing menée par Samuel THOMAS (A l'époque Vice Président de SOS Racisme) avait permis de révéler l’existence de discriminations au logement pratiquées par une agence immobilière de Palaiseau. Patricia salariée en CDD de l’agence immobilière avait accepté d'être équipée d'une caméra cachée les discriminations commises par cette agence à l’encontre de candidats à la location d’origine maghrébine, africaine, antillaise et asiatique.

« Fichage ethnique » sous-couvert de « mixité sociale »

Mardi, 2 Février, 2016
Logo

La société d'habitations à loyer modéré Logirep, condamnée en première instance, comparaissait de nouveau devant la Cour d’appel de Versailles.

était condamné pour «fichage ethnique». Un verdict peu courant, rendu possible grâce à une plainte déposée en 2005.

Fichage ethnique à Nanterre : Logirep à nouveau sur le gril

Vendredi, 5 Février, 2016
Logo

Le bailleur social Logirep était de retour devant les juges ce vendredi après-midi. Près de deux ans après la décision du tribunal de Nanterre, cette société qui gère 30000 logements sociaux en Ile-de-France comparaissait devant la cour d'appel de Versailles pour «discrimination raciale» et «détention de fichiers ethniques».

Le bailleur social Logirep était de retour devant les juges ce vendredi après-midi.

Syndiquer le contenu