Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

Bavures policières

L'arrestation mortelle ne touche pas les juges. Relaxe ou sursis pour les policiers qui avaient tué Manoka.

Jeudi, 6 Juillet, 2000
Logo

«Ils l'ont tué comme un chien et demain ils seront à nouveau dans la rue pour exercer.» Ecoeurée, Virginie Houzet ne comprend pas ce qui a pu motiver le tribunal à ordonner des condamnations aussi légères et des relaxes dans le dossier du décès de son mari, Sydney Manoka, un boxeur d'origine zaïroise mort à 27 ans lors d'une intervention policière musclée en novembre 1998 à Tourcoing.

L'arrestation mortelle ne touche pas les juges.
Relaxe ou sursis pour les policiers qui avaient tué Manoka.

HAMOIR Olivier

Lille correspondance

Syndiquer le contenu