Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

egalité

[Discriminations] Des potes font le Tour de France pour l’égalité

Lundi, 19 Novembre, 2018
Logo
Lancement ce soir de la 8e édition du « Tour de France de l’égalité » lors d’un rassemblement devant la mairie de Marseille.Les participants iront ensuite à la Savine pour assister à une rencontre-débat autour du racisme et des discriminations.

 

 

Faire vivre l’égalité contre les discriminations

En France, pays où le principe d’égalité se trouve au fondement de l’ordre juridique et du contrat social, la question de l’intégration des populations dites d’origine étrangère se pose d’une manière récurrente ces dernières années. 
Aujourd’hui encore, des personnes qui sont à la 2e, 3e, voire 4e génération héritent du passé colonial de leurs parents ou grands-parents. L’égalité des droits, qui s’est tant fait attendre au cours de la période coloniale semble toujours en panne en ce début du XXIe siècle.  
 Les  enquêtes d’opinions, les observatoires et les recherches universitaires établissent régulièrement, que ce soit pour louer un appartement, chercher un apprentissage, un stage ou un emploi, le fait qu’il y a, chaque année, des centaines de milliers d’actes de discrimination qui sont commis en France. Autant de personnes  déclarent, chaque année, être témoins ou victimes de discriminations. Et même lorsqu’on a un emploi ou un logement, il l’est souvent en fonction de caractéristiques ethno-raciales parce qu’en France on considère que les personnes qui ont une « certaine » origine ne sont pas de « vrais » français.    
Une véritable 
politique de lutte contre les ségrégations
Des populations sont parquées dans telle ou telle périphérie ou grands centres urbains  en fonction  de ces caractéristiques. Idem pour l’emploi où elles sont sous- classées en vertu des mêmes a priori. Beaucoup subissent la double peine en raison de leur double appartenance ethnique et sociale.  
Aujourd’hui les valeurs de la République, au moins pour leur aspect égalité, sont loin d’être évidentes pour tous. Le seul moyen pour s’en sortir incombe aux pouvoirs politiques qui doivent mettre en place une série de mesures d’ordre juridique et social, notamment la mise en place d’une politique claire et efficace de lutte contre  les discriminations, afin de construire une véritable égalité des chances fondée sur la diversité tout simplement.

Mustapha Chtioui

 

Une dizaine de « marcheurs » lanceront, ce lundi soir, à 18h, devant la mairie de Marseille, la 8e édition du « Tour de France de l’égalité ». Ils se retrouveront, un peu plus tard dans la soirée (20h) à la Savine (15e), dans les locaux de l’Alliance savinoise, pour un dîner et une rencontre-débat avec les habitants autour de questions de racisme et de discriminations.

 

Initiative de la Fédération nationale des Maisons des potes, le choix de Marseille pour le lancement de ce « Tour de France » est un clin d’œil à « La marche pour l’égalité et contre le racisme » qui, il y a 33 ans (novembre 1983), est partie notamment de la Cité phocéenne.

Du 13 au 16 novembre, ces « marcheurs » sillonneront la France pour aller faire campagne contre le racisme et les discriminations. Ils effectueront 32 étapes entre Marseille et Paris... Au menu échanges et débats avec les citoyens et interpellation des élus, des institutions et des pouvoirs publics sur les ségrégations et pour l’égalité.

 

Conquérir des droits

Aix-en-Provence constituera la première étape, après Marseille, de ce « Tour de France ». Les « marcheurs » s'y rendront dès demain où ils appellent également à un rassemblement, à 13h, devant l’hôtel de ville. Ils seront accueillis ensuite par la Maison citoyenne aixoise. « On va rester à Aix jusqu’à mercredi pour aller soutenir les 4 mamies et papis, jugés ce jour-là, par le tribunal de grande instance, pour avoir transporté des migrants. Ils ont été interpellés le 6 janvier dernier dans la vallée de la Roya alors qu’ils transportaient six réfugiés qu’ils voulaient mettre à l’abri du froid », explique Karim Benchaïb chargé de communication de la Fédération nationale des Maisons des Potes. Un mouvement se situant entre la marche pour l’égalité de 1983 et le mouvement « Ne touche pas à mon pote » de SOS Racisme. « On s’inscrit dans l’esprit et dans la continuité de cette marche avec des revendications claires. On est surtout animé par les valeurs de l’éducation populaire, de l’antiracisme, de la laïcité, du féminisme, de la solidarité, de la justice sociale », souligne-t-il.

Des revendications comme l’exigence du CV anonyme dans certaines entreprises, les demandes « anonymisées » de logements sociaux ou encore davantage de moyens, humains et financiers, dans les quartiers populaires ou dans les Zones d’éducation prioritaire. Elles sont portées, pendant le « Tour de France », où, à chaque étape, le mouvement appelle à des rassemblements devant la mairie symbole, selon Samuel Thomas, délégué général des Maison des potes, du pouvoir politique. « On va interpeller le maire, qui est parfois le député, le sénateur, le ministre..., pour lui faire part de nos revendications et lui demander de s’engager à mettre en œuvre des actions dans le sens que nous revendiquons. A défaut, de les faire remonter plus haut », explique le délégué.

Une fédération qui se veut aussi une force dans les quartiers populaires où elle entend « redonner espoir aux populations », pour résister à la poussée des idées racistes, contre les discriminations « et pour conquérir des droits et les faire appliquer ».

La fédération réclame, en effet, une forte implantation dans les quartiers populaires où elle affirme développer des activités de solidarité sociale et d’actions citoyennes contre les ségrégations sociales et raciales. « Une grande démarche de citoyenneté qui est un peu l’identité des Maisons de potes, notamment autour des enjeux de l’égalité », lance Samuel Thomas. « Ce qui regroupe les Maisons de potes, c’est de porter toutes ces revendications communes pour faire de l’égalité une réalité, c’est notre devise », ajoute-t-il.

.

Non-discrimination : vers une formation obligatoire des recruteurs

Samedi, 9 Juillet, 2016
Logo

Les recruteurs des entreprises de plus de 50 salariés devront suivre une formation à la non-discrimination au moins une fois tous les 5 ans, a voté dans la nuit de vendredi à samedi l’Assemblée, contre l’avis du gouvernement.

Les recruteurs des entreprises de plus de 50 salariés devront suivre une formation à la non-discrimination au moins une fois tous les 5 ans, a voté dans la nuit de vendredi à samedi l’Assemblée, contre l’avis du gouvernement.

"Mesures pour l'égalité dans les quartiers"

Samedi, 3 Décembre, 2011
Logo

La Fédération nationale des maisons des potes (FNMP) a rendu publiques aujourd'hui à Paris les réponses de sept candidats à la présidentielle, dont François HollandeEva Jolyet François Bayrou, sur dix mesures pour l'égalité dans les quartiers populaires.

Parmi ces propositions figurent la régularisation des travailleurs sans-papiers, l'anonymat des demandes de HLM pour briser "la loi du ghetto", une hausse de 30% du nombre de professeurs en Zone d'éducation prioritaire (ZEP) ou la titularisation de 100.000 éducateurs de rue financée par une taxe sur les jeux de hasard.

"Le Rendez-vous des Potes"

Dimanche, 4 Décembre, 2011
Logo

La Fédération des Maisons des Potes, une des grandes associations issue des quartiers populaires, œuvrant contre les discriminations faites aux jeunes de banlieue, a organisé le "Rencard de l'Egalité" hier à Paris. 

Ils ont donné rendez-vous aux candidats aux élections présidentielles pour entendre leurs réponses aux dix propositions pour que l'égalité dans les quartiers populaires devienne une réalité. Ces propositions ont été élaborées par les militants associatifs et élus locaux qui travaillent au quotidien dans les quartiers à travers la France.

"Donnez vos idées pour « faire de l'égalité une réalité »"

Mardi, 22 Novembre, 2011
Logo

La Fédération nationale des Maisons des Potes poursuit son tour de France de l'égalité. 

L'idée est de soumettre aux candidats à l'élection présidentielle dix propositions « pour faire de l'égalité une réalité », des propositions concrètes et chiffrées pour combattre les discriminations et rétablir l'égalité en faveur des habitants des quartiers populaires.

"Quartiers populaires : des associations déçues par les candidats"

Dimanche, 4 Décembre, 2011
Logo
La fédération nationale des maisons des potes (FNMP), proche de SOS Racisme, avait invité, samedi 3 décembre, les candidats à l'élection présidentielle à se positionner sur 10 propositions concrètes élaborées à partirde débats citoyens par ce réseau d'associations de quartiers populaires.

Parmi les propositions, volontairement précises : la régularisation de tous les travailleurs sans papiers ; 30 % de professeurs en plus dans les Zones d'éducations prioritaires (ZEP) ; l'ouverture des emplois publics fermés aux travailleurs étrangers ; le doublement du montant de l'

Un "carrefour de la diversité" pour l'égalité d'accès à l'emploi

Vendredi, 2 Novembre, 2001
Logo
Logo
Samuel Thomas: "Le CV anonyme et le comptage des minorités visibles sont, par nature, antinomiques »

Lors du « Carrefour de la diversité », organisé par l’association Africagora, des entreprises ont affirmé leur volonté de cartographier les origines ethniques de l’ensemble de leurs salariés. Elles expriment le besoin d'un outil pour se donner les moyens de tendre vers une égalité d'accès à l'emploi, à la formation et aux promotions des minorités dites visibles.

 

 

Non discrimination

 

Egalité des chances : un projet de loi très critiqué

Jeudi, 5 Juillet, 2012
Logo
Logo
Samuel Thomas: « Reconnaître un phénomène massif de discrimination raciale et sociale dans l'accès à l'emploi des jeunes des cités et n'y donner comme solution nouvelle qu'un accès autorisé à l'apprentissage à 14 ans, ressemble à une supercherie »

Egalité des chances ou égalité des droits? Telle est la question.

 

Egalité des chances: des associations dénoncent un manque d'ambition

Jeudi, 5 Juillet, 2012
Logo
Logo
Samuel Thomas: "Reconnaître un phénomène massif de discrimination raciale et sociale dans l'accès à l'emploi des jeunes des cités et n'y donner comme solution nouvelle qu'un accès autorisé à l'apprentissage à 14 ans, ressemble à une supercherie"

Le projet de loi sur l'égalité des chances remis en question. Samuel Thomas lui, se réjouit que la HALDE ne puisse plus exercer de sanctions financières. Selon lui, la justice doit être responsabilisée.


 

 

11-01 

Syndiquer le contenu