Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

discrimination

Racisme. L’État petit bras contre les discriminations

Mardi, 17 Octobre, 2017
Logo

Selon un sondage publié ce matin par la Fédération nationale des Maisons des potes, les Français réclament des mesures plus ambitieuses et sévères contre ce fléau.

Attentats islamistes à répétition, crise des réfugiés, poids du FN à l’élection présidentielle… L’actualité de ces derniers mois aurait pu faire redouter une montée de la xénophobie et du racisme. Un sondage, publié ce matin par la Fédération nationale des Maisons des potes (1), se veut plutôt rassurant. Loin d’être indifférents aux questions de discrimination, les Français estiment, au contraire, que les pouvoirs publics ne luttent pas suffisamment contre ce fléau et réclament de nouvelles mesures plus sévères. « On constate un décalage flagrant entre les aspirations des personnes interrogées et la réalité du quotidien », résume Samuel Thomas, délégué général des Maisons des potes, qui effectue cette enquête depuis plusieurs années.

L’enquête montre ainsi que 83 % des Français souhaitent des sanctions juridiques renforcées contre les employeurs coupables de discriminations liées à l’origine, la nationalité, la couleur de peau ou la religion. Un chiffre en hausse de trois points par rapport à 2015. « Or, la réalité, c’est que la chaîne judiciaire – des policiers aux magistrats – minimise trop souvent ces faits et les classe sans suite trop facilement. Il n’y a quasiment aucun procès pour des faits de discrimination alors que tout le monde reconnaît que c’est quelque chose d’extrêmement courant. »

« Certaines thématiques ne sont plus portées par le pouvoir actuel »

Même paradoxe sur la discrimination sociale. Les Français sont largement d’accord (82 %) pour qu’une même rémunération et une même retraite soient accordées à toutes personne travaillant dans notre pays, quelle que soit sa nationalité. « Mais ce n’est pas du tout le cas dans de nombreux secteurs, comme le bâtiment ou encore l’hôtellerie-restauration », note Samuel Thomas, qui cite également le cas de la SNCF, condamnée en première instance pour discrimination envers des centaines de cheminots marocains, embauchés avec un sous-statut rognant leurs droits à la retraite. Autre mesure largement partagée : l’idée d’instaurer un CV anonyme recueille 73 % d’approbation.

Les Français se montrent, en revanche, plus divisés sur l’accès à de nouveaux droits pour les étrangers. Ils sont 56 % à être favorables à une régularisation des travailleurs sans titre de séjour qui disposent d’un contrat de travail. Un chiffre stable. Tout comme celui sur le droit de vote des étrangers non européens aux élections municipales et européennes (47 %), au même niveau que l’année précédente. « Ces thématiques ne sont plus portées par la majorité au pouvoir et cela s’en ressent, il y a une sorte de démobilisation », explique Samuel Thomas. Au début du mandat de François Hollande, la revendication du droit de vote des étrangers dépassait les 55 % d’opinions favorables. L’abandon en cours de route de cette promesse de campagne, également absente du programme d’Emmanuel Macron, n’aide pas à la populariser. « Il y a besoin de montrer que, dans tous les pays où cette mesure a été mise en place – Espagne, Irlande ou encore Pays-Bas –, elle n’a jamais été remise en cause et la démocratie ne s’en porte que mieux. Idem sur la régularisation des travailleurs sans papiers. »

La Fédération des Maisons des potes, qui organise jusqu’à samedi des universités européennes contre le racisme et les discriminations (2), compte interpeller le gouvernement sur tous ces points. Le 18 avril dernier, le candidat Macron s’était prononcé pour davantage de sanctions contre les entreprises qui discriminent et pour l’ouverture des emplois de fonctionnaires aux non-Européens. « On attend encore de voir s’il va tenir parole », glisse Samuel Thomas.

Selon un sondage publié ce matin par la Fédération nationale des Maisons des potes, les Français réclament des mesures plus ambitieuses et sévères contre ce fléau.

Béziers : 2 000 euros d'amende requis en appel contre Robert Ménard

Vendredi, 2 Février, 2018
Logo

Le maire de Béziers comparaissait hier devant la Cour d'appel de Paris pour provocation à la haine. L'avocate générale réclame la même peine qu'en première instance, soit 2 000 euros d'amende.

Le maire de Béziers comparaissait hier devant la Cour d'appel de Paris pour provocation à la haine. L'avocate générale réclame la même peine qu'en première instance, soit 2 000 euros d'amende. Par E.E Publié le 08/02/2018 à 11:08 Condamné en avril dernier en première instance, Robert Ménard se rendait hier devant la Cour d'appel de Paris. Le maire extrême-droite de Béziers se rendait une nouvelle fois devant la justice pour ses propos tenus sur son compte Twitter en septembre 2016 : "#rentreedesclasses : la preuve la plus éclatante du grand Remplacement en cours.

Les noms à consonance maghrébine, source de discrimination à l'embauche

Dimanche, 1 Janvier, 2017
Logo
Une grande étude montre les rejets des CV des candidats d'origine maghrébine dans les grandes entreprises françaises.
Les noms à consonance maghrébine, source de discrimination à l'embau

Les Européens favorables à l’égalité des droits avec les résidents étrangers

Mardi, 1 Novembre, 2016
Logo

En termes d'accès à l'emploi, de salaires et de vote, il existe encore trop de discriminations à l'égard des non-Européens.

En dépit de la montée du populisme en Europe, les citoyens européens soutiennent majoritairement une meilleure intégration des résidents étrangers et rejettent la préférence nationale en matière d’emploi, selon un sondage réalisé dans 6 pays européens.

Disney relaxé mais pas libéré

Mardi, 7 Juin, 2016
Logo

 

Une offre d'emploi publiée en 2006 précisait : «si vous êtes majeur(e), intéressé(e) et de nationalité européenne».

 

 

Après neuf ans de procédures judiciaires, le tribunal correctionnel de Meaux (Seine et Marne) a décidé de relaxer à nouveau  le groupe Euro Disney.  L’exploitant du plus grand parc d'attractions européen, comparaissait pour discrimination à l’embauche après plusieurs plaintes déposées p

Euro Disney relaxé dans une affaire de discrimination à l'embauche

Mardi, 7 Juin, 2016
Logo

la société Euro Disney, exploitant du plus grand parc d'attractions européen, comparaît mercredi pour discrimination à l'embauche

Euro Disney, accusé par des associations antiracistes d'avoir voulu discriminer les non-européens dans des offres d'emploi pour son parc d'attraction, a été relaxé mardi par la tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne).

Le tribunal a estimé que le rédacteur de l'annonce discriminante, salarié du plus grand parc d'attraction d'Europe, n'avait pas agi comme "représentant" d'Euro Disney.

"L'acte d'exécution est isolé et ne saurait être imputé à la personne morale poursuivie", a expliqué le président du tribunal.

Logements sociaux : une enquête ouverte pour «provocation à la discrimination» par des élus FN

Mercredi, 20 Janvier, 2016
Logo
Le parti frontiste avait publié un guide recommandant à ses futurs élus de donner la priorité aux Français dans l'attribution de logements sociaux.
Logements sociaux : une enquête ouverte pour «provocation à la discrimination» par des élus FN

 

Les boîtes de nuit condamnées pour discrimination

Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

Sur cette carte figure une trentaine d'affaires de discrimination en discothèque. Leur point commun est d’avoir chacune abouti à une victoire c’est-à-dire une condamnation en justice. Comme le montre ce répertoire d’affaires en justice, la discrimination s’exerce partout en France. Aucune région n’est épargnée. C’est pour cela que nous organisons régulièrement des testing dans tout le pays. Afin que ceux qui s’appliquent quotidiennement à bafouer les principes de la République doivent répondre de la justice. La discrimination n’est pas un mythe. Elle fait bel et bien partie du quotidien de nombreuses personnes, bien trop nombreuses… Avant même le logement ou l’emploi, dès l’entrée d’une discothèque les jeunes sont susceptibles d’être discriminés au motif qu’ils n’ont pas la bonne couleur, pas la bonne gueule.

Sur cette carte figure une trentaine d'affaires de discrimination en discothèque.

Discriminations en discothèque : retour sur une grande victoire

Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

Le testing est un outil de lutte contre les discriminations car il est le seul qui permette de fournir une preuve de discrimination reconnue par la loi. Cependant, celui-ci est en réalité très peu accepté par les magistrats qui le plus souvent estiment qu’il ne crée pas une preuve à part entière. Pourtant l’affaire que nous relatons ci-après va à contre-courant de cette tendance et montre qu’il est possible de faire condamner quelqu’un qui discrimine grâce au seul testing.

Le testing est un outil de lutte contre les discriminations car il est le seul qui permette de fournir une preuve de discrimination reconnue par la loi. Cependant, celui-ci est en réalité très peu accepté par les magistrats qui le plus souvent estiment qu’il ne crée pas une preuve à part entière.

Les Français veulent des sanctions plus dures contre les discriminations

Jeudi, 2 Octobre, 2014
Logo

Interrogés sur diverses mesures de lutte contre les discriminations, les Français estiment plus efficace de renforcer l'arsenal juridique.

Dans une enquête* intitulée «Le regard des Français sur des mesures contre les discriminations» d'Harris Interactive pour la Fédération de la maison des potes, une majorité de sondés se dit favorable à un durcissement des sanctions contre les auteurs de discriminations raciales ou religieuses.

Syndiquer le contenu