Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

Logement

Anonymisation, Mode d’emploi - Lyon expérimente

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

Discriminations au logement, ghettoisation, une seule solution : l’anonymisation. Un combat de taille pour les militants antiracistes.

L’anonymisation des demandes de logements : qu’est-ce que c’est ?

Discriminations au logement, ghettoisation, une seule solution : l’anonymisation.

Sud Location : « P.E. » = pas d’étranger

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

Cette affaire débute au début des années 2000 lorsque des salariés des agences MIL’IM dénoncaient à SOS Racisme l’existence d’un système de codification discriminatoire au sein de l’entreprise. L’agence SUD LOCATION est une agence immobilière de type « marchand de liste » implantée à TOULOUSE. Elle disposait à cet effet d’un fichier de milliers de propriétaires, dont 250 pour lesquels etait precisée la mention P.E.


Certains propriétaires ont ainsi clairement spécifié à l’agence SUD LOCATION refuser de louer leur bien à des « étrangers ». Dans ce cas, en sage cocontractante obéissante, l’agence faisait apparaitre sur les fiches techniques des appartements la mention « PE » : « Pas d’Etranger ».

Dammarie les Lys : l’accent, nouveau motif de discrimination

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

Le 30 août 2010, une opération de testing menée par la FNMDP avait permis de révéler l’existence de discriminations au logement pratiquées par une agence immobilière de la société Dammarie immobilier.


Il est question d’un refus de logement opposé par ladite agence à Monsieur N’Gary Ba, homme d’une quarantaine d’années, français depuis 2006, et à l’époque élève-avocat à l’Ecole de Formation du Barreau de Paris.

Agence Loiselet Daigremont : personnes de couleur indésirables

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

« Le propriétaire ne veut pas louer à des immigrés », « Libre REFAIT A NEUF, pas d’étudiant et pas de gens de couleur », « travaux terminés/pas de maghrébins via propriétaire » ; tels sont des exemples de mentions contenues dans les listings édictés par l’agence Loiselet & Daigremont pour des appartements situés dans le 15e arrondissement de Paris et en banlieue parisienne.


 

Axonor : cet accent si étrange pour ces chastes oreilles…

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

Si les cas de discrimination au logement sont déjà extrêmement nombreux, il semble que, de surcroît, les motifs de ces discriminations tendent eux-mêmes à se multiplier. Après la nationalité, l’origine ou encore la religion il apparaît que certaines agences immobilières accordent aujourd’hui une importance toute particulière à l’accent des courageux candidats au « jeu », déjà compliqué à lui seul, de la recherche d’appartement.


AXONOR, une agence immobilière lilloise, les membres de la Fédération ont réalisé un testing afin d’obtenir un aperçu des pratiques de celle-ci en matière de location.

 

OPHLM de Vitry : quelle nationalité pour les Antillais ?

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

« [Nous] n’attribu[ons] plus de logement aux familles nombreuses et ménages étrangers ». Telle est l’affirmation concernant le quartier « montagnard » de Vitry sur Seine, qui figurait sur un document émanant de l’OPAC du Val de Marne (ancienne institution publique intervenant dans le domaine du logement social), porté à la connaissance de SOS Racisme en 2002, par une étudiante de l’ENA en stage à la mairie de Vitry sur Seine.

 

 

 

LOGIEST : « vu leur profil, ils attendront »

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

L’organisme HLM LOGIEST située à Metz est aujourd’hui mis en cause à plusieurs titres.


Tout d’abord, il lui est reproché de procéder à un fichage ethnique de ses locataires ; les mentions de nationalité et de pays de naissance figuraient en effet, colorées en bleu, sur les rubriques des demandes de location.

OPAC d’Orléans : sabotage au regroupement familial

Posté dans
Lundi, 1 Juin, 2015
Logo

L’OPAC d’Orléans est un organisme HLM. Depuis juin 2001 celui-ci avait pris la décision d’ajourner toute demande de logement fondée sur une procédure de regroupement familial. Par voie d’Huissier de justice, SOS Racisme avait alors obtenu de mettre la main sur le fichier des victimes et de celui des demandeurs.


Cette position est tout à fait absurde dans la mesure où elle crée une situation totalement inextricable pour les demandeurs de logement se trouvant dans de tels cas. En effet, pour voir une demande de regroupement familial aboutir, un étranger doit notamment établir qu’il bénéficie d’un logement assez grand pour accueillir l’ensemble de la famille dont il sollicite la venue en France.

Syndiquer le contenu