Aller au contenu principal

egal.fr

 banniére

Racisme sur internet: 12.000 euros d'amende pour un webmaster

Jeudi, 13 Avril, 2006
Logo
Logo
Samuel Thomas: "De toutes les plaintes déposées en 1999 par les avocats de SOS Racisme aux quatre coins de France, seule l'instruction ouverte à Toulon a débouché sur un procès et une condamnation."

Le responsable d'un site internet, SOS Racaille, fermé en 2003, a été condamné par défaut le 10 avril par le tribunal correctionnel de Toulon pour "diffamation" à l'encontre de quatre avocats, a-t-on appris auprès du bâtonnier Jean-Pierre Servel, représentant l'Ordre des avocats.

Racisme sur internet: 12.000 euros d'amende pour un webmaster

Le responsable d'un site internet, SOS Racaille, fermé en 2003, a été condamné par défaut le 10 avril par le tribunal correctionnel de Toulon pour "diffamation" à l'encontre de quatre avocats, a-t-on appris auprès du bâtonnier Jean-Pierre Servel, représentant l'Ordre des avocats.

 

 Joël Sambuis, un militant d'extrême droite, en fuite depuis plusieurs années après une condamnation pour de vastes escroqueries sur internet et qui a demandé l'asile politique à la Russie, a été condamné à une amende de 12.000 euros, la peine maximale encourue, à la suite de la diffusion sur son site internet d'une liste d'avocats censés selon lui défendre "les racailles". "Sos Racaille" reprenait à son compte une liste de 220 avocats disponibles sur le site SOS racisme et qu'il présentait "comme les avocats de l'anti-France et de la racaille". "Vous cherchez un avocat? si vous faites partie de la racaille, celle qui crache sur le pays où elle vit, choisissez-en un dans la liste". Le site "pastichait" le site internet de SOS racisme en détournant la main "touche pas à mon pote" en un poing sur lequel figurait "Casse-toi mon pote".

 

Quatre avocats avaient porté plainte contre X pour injures et diffamation en 2001. Le Conseil national du barreau s'était également porté partie civile. Me Pierre Servel a rendu hommage au parquet de Toulon pour son "opiniâtreté" et à "l'énorme travail" du service technique de la police qui a permis d'identifier Joël Sambuis, alors que le site était hébergé aux Etats-Unis. Le vice-président de SOS Racisme, Samuel Thomas, s'est lui aussi félicité de cette condamnation et a souligné que, "de toutes les plaintes déposées en 1999 par les avocats de SOS Racisme aux quatre coins de France, seule l'instruction ouverte à Toulon a débouché sur un procès et une condamnation."

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.